Notre démarche

Collectivités et entreprises

Notre activité pour les collectivités et les entreprises AMO pour un projet de bâtiment.

Quel est le rôle de l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage « AMO » ?

L’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO), parfois également appelée Management de projet ou coaching en travaux, consiste à représenter le Maître d’Ouvrage d’une opération de construction neuve ou de réhabilitation.
Vis à vis du Maître d’oeuvre, de l’Architecte ou de l’Entrepreneur, il exprime ce que veut le Maître d’ouvrage, il facilite la coordination de projet et permet au Maître d’Ouvrage de remplir pleinement ses obligations au titre de la gestion du projet.

Le recours à un AMO se justifie généralement à chaque fois qu’un risque concernant le pilotage de projet est identifié par le Maître d’ouvrage et plus particulièrement dans les cas suivants :

  • Aucune connaissance technique en bâtiment ou en conduite d’opération.
  • Besoin d’apport d’expertise durant la durée de vie d’un projet
  • Besoin organisationnel en logistique pour la gestion de plusieurs entreprises.
  •  Représentation de la Maîtrise d’Ouvrage et la défense de ses intérêts.

Dans la phase amont la mission concerne une « assistance à donneur d’ordre » (ADOR) sous forme de diagnostic et audit de l’existant en cas de rénovation. Etude de faisabilité thermique, énergétique et environnementale.

Scénarios possibles et approfondissement d’un scénario préférentiel, simulations thermiques sur logiciels physique ou règlementaires. Pré-évaluation des incidences économiques en termes de coût global. Vérification de l’intégration de ces objectifs dans le programme.

Identification des compétences et de l’organisation de la maîtrise d’œuvre pour le respect des objectifs. Définition du système de management et d’organisation (SMO) «Développement durable» du projet avec l’ensemble des acteurs (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre et entrepreneurs).

Dans la phase opérationnelle une « assistance opérationnelle » (AO) sous forme de :
Contrôle du respect des objectifs de la conception et la réalisation des éléments thermiques, énergétiques et environnementaux du projet.

Vérification si les offres correspondent au programme. Evaluer les opportunités et les risques de toute modification liée à la qualité thermique, énergétique et environnementale du projet.
Evaluer à la réception du projet l’adéquation du fonctionnement des éléments thermiques énergétiques et environnementaux avec le programme de départ.

Dans la phase aval une « assistance à la gestion exploitation » (AGEX) sous la forme de :

Définition et suivi périodique des indices de confort (température, humidité, luminosité, ventilation..) et des consommations d’énergie conformément à l’étude de faisabilité initiale.
Respect et application des garanties: Parfait achèvement. Biennale. Décennale. Dommage ouvrage. Les désordres de nature décennale. Assistance aux expertises.

Méthodologie pour une Etude de faisabilité sur le potentiel de développement en énergies renouvelables d’une zone urbaine.

  •  Approche adoptée pour la lecture et le diagnostic du site ;
  •  La méthode envisagée pour réaliser les études ;
  •  Les compétences mobilisées
  1.  Approche adoptée pour la lecture et le diagnostic du site

    Visite du site pour relever les opportunités solaires et aérauliques.
    Récupération des données climatiques sur 30 ans du secteur (Station météo proche)
    Récupération des réseaux d’énergie existants ou prévus.
    Analyse du projet, des besoins potentiels, des possibilités d’adaptation et des potentialités environnantes.

  2.  Méthode envisagée pour réaliser l’étude EnR

    Réalisation de l’étude en deux temps :

  •  1ère phase : située au niveau des études préalables d’aménagement, elle consiste en un état des lieux des gisements (incluant leur pérennité, qui peut avoir déjà été étudiée dans le cadre d’un SRCAE, d’un PCET ou d’autres réflexions menées sur le territoire concerné) et un premier tri des solutions qui, en fonction du contexte local et des objectifs, peuvent présenter un potentiel intéressant. Les conclusions de cette 1ère phase peuvent conduire à orienter certaines caractéristiques de l’aménagement.
  •  2nde phase (optionnelle): située au niveau des études de réalisation, elle permet de comparer la faisabilité technico-économique des différentes solutions, sur la base des données relatives à l’aménagement qui sont plus précises à ce stade (organisation du parcellaire, surfaces et performances visées pour les bâtiments, etc.).

◦ Prise en compte des interactions entre les différentes études :
◦ Comparaison des solutions EnR par rapport à une solution « par défaut » :
La comparaison fait intervenir plusieurs critères (économiques, sociaux, environnementaux) dont la pondération est fonction des priorités définies par le maître d’ouvrage de l’aménagement.
◦ Introduction de la dimension temporelle : estimation économique sur la base des coûts globaux sur la durée ; prise en compte de l’évolutivité des solutions retenues ; définition de plusieurs scénarios d’évolution des prix des énergies ; etc.

L’étude relative au développement des énergies renouvelables peut aussi s’intéresser à :

  •  l’énergie produite et consommée à l’intérieur de la zone aménagée
  •  l’énergie produite à l’extérieur et consommée à l’intérieur de la zone
    (exemple : réseau de chaleur existant dont la chaufferie se situe à l’extérieur de la zone, et pouvant faire l’objet d’une extension pour desservir la zone)
  •  l’énergie produite à l’intérieur et consommée à l’extérieur de la zone
    (exemple : zone dont les bâtiments et leurs équipements produisent davantage d’énergie qu’ils n’en consomment, et donc l’excédent pourra être « exporté », sous forme d’électricité ou de chaleur)

Mots-clé : | | | | |